«L’écrivain national», Serge Joncour, 2014, Flammarion

Serge est un auteur en résidence dans un coin de France bien rural. Suspicion, disparition, meurtre, coup de foudre, écologie contre industrialisation et profits. Une double toile de fond domine le roman : l’amour et le qu’en dira-t-on. Le maire de cette petite ville de province, politicard aguerri, surnomme notre héros « L’écrivain national ». Celui-ci a deux obsessions : la belle et mystérieuse Dora et la disparition de Commodore. Cet écrivain, personnage profondément attachant, oscille entre faire plaisir à ses hôtes et libre-arbitre. Il est bienveillant, mais doit-il entrer dans le moule de cette province à l’esprit étriqué qui tente de lui dicter une ligne de conduite ? Qui voit d’un mauvais œil ses fréquentations ? Qui oriente ses choix quant aux histoires locales auxquelles il doit s’intéresser pour pondre son roman feuilleton dans le journal local ? 

Une écriture limpide, riche, drôle… joncouresque…

Qu'en dites vous ?

%d blogueurs aiment cette page :