« Trois jours dans la vie de Paul Cézanne », Mika Biermann, 2020, Anacharsis éditions

Paul Cézanne vit ses dernières années retiré dans son mas provençal et crapahute sur les collines pour peindre des paysages.

Pendant ces trois jours, alors qu’il n’aspire qu’à être seul et tranquille pour peindre, les gens et les évènements s’acharnent à l’emmerder et à lui pourrir l’existence. Le chien passe encore, mais le docteur Gachet, son fils, Auguste Renoir… Qu’ont-ils besoin de venir jusqu’ici? Si au moins ils apportaient du pain frais!

Et la Rotonde, cette fille sale au mollet rond, quelle collante! Quoique la voir avec le visage tuméfié ne le laisse pas indifférent… Mais quand il la trouve là, au fond du ravin…

_____

Un très court récit qui commence drôle à pleurer, qui finit sombre et triste, écrit merveilleusement bien, et qui donne à réfléchir sur l’importance des rapports à l’autre, même quand on s’appelle Paul Cézanne et qu’on décide de se couper du monde.

_____

Pourquoi ce livre? J’ai vu Paul Cézanne, de loin un de mes peintres préférés, un auteur que je ne connaissais pas, mais qui a l’air de connaitre son affaire en matière d’art, une petite maison d’édition (à visiter ici), que je n’avais encore jamais lue et les bons conseils de ma librairie Le Grenier à Dinan… je n’ai pas hésité longtemps.

Allez-y! Insolite et réflexion garantis!

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur google
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email

Qu'en dites vous ?

%d blogueurs aiment cette page :