« Simone Veil, l’immortelle », Pascal Bresson et Hervé Duphot, 2918, Marabulles

Je savais deux choses, plus ou moins vagues, sur Simone Veil: elle est passée par les camps de la mort et elle a fait passer une loi pour légaliser l’avortement.

Cette plongée dans le détail de ces deux périodes de l’histoire montre son courage, mais me fait dire une fois de plus qu’aucune femme (aucun humain) ne devrait avoir à vivre tant d’ignominie et de cruauté.

Se battre pour sa vie, la peur au ventre chaque seconde, la peur pour les siens. Se battre pour la vie des femmes que l’on oblige à garder des enfants qu’elles ne veulent pas, que l’on emprisonne, que l’on met en danger.

Heureusement que nous avons des Simone Veil. Je n’aurais pas son sang-froid, son courage ou son savoir pour me battre si intelligemment. Je ne peux être qu’admirative et reconnaissante.

Oui reconnaissante. Merci Madame Veil. Grâce à vous j’ai pu avorter. Grâce à vous j’ai pu reprendre mes études. Grâce à vous j’ai pu devenir celle que je suis aujourd’hui.

Pour en revenir à cette bande dessinée, elle est très bonne, tant dans le coup de crayon que dans la construction choisie. Elle vaut vraiment de se plonger dans le détail de ces deux périodes de cette femme hors norme.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur google
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email

Qu'en dites vous ?

%d blogueurs aiment cette page :