Sa préférée – Sarah Jollien-Fardel – sélection Goncourt 2022

Jeanne, la narratrice, Emma et leur mère vivent l’absolue horreur une fois la porte de la maison fermée: le sadisme et la violence du père.

Jeanne apprend à se faire discrète, à se faire oublier, subit moins les sévices. Des trois victimes, elle serait la «préférée» du père.

Quand elle alerte le médecin de famille, c’est un lâche qu’elle a en face d’elle.
Tout le monde sait dans ce village isolé des montagnes suisses. Comme le médecin, tout le monde se tait.

Jeanne n’aura qu’une alternative, patienter, subir et partir le plus vite possible.

Une fois adulte, il y a toute une vie à construire avec un socle bancale, fissuré de tous côtés.
Une vie faite de nouvelles rencontres, de petites lumières et de refuges.

Comment aimer cette mère qui ne les a pas protégées elle et sa sœur ?
Comment pardonner au père pour surpasser la haine ?
Comment aimer sans reproduire ces modèles observés ?

La construction du roman est tout à fait remarquable : Sarah Jollien-Fardel diffuse le venin du père par touches progressives évitant ainsi l’écueil du catalogue insoutenable de tortures. Des retours en arrière parfaitement maîtrisés dévoilent l’histoire de cette famille.

Dès les premières pages, on s’attache à Jeanne, on accompagne sa construction et la force qu’elle met à ne pas en finir avec la vie. Ce serait tellement plus simple de tout éteindre…

Avec une très belle plume, l’autrice raconte l’horreur de cette enfance malheureusement trop universelle, mais elle touche aussi du doigt un autre possible.
Je souhaite à Jeanne d’y parvenir et de trouver la paix.

Vote: POUR !

Qu'en dites vous ?

En savoir plus sur Les Carpenters racontent

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Poursuivre la lecture