Rosalind Sturladottir

Age : 23 hivers

Poids : 87 Kg

Taille : 1,85 m

Rôle : Personnage secondaire

Description : Ses cheveux, c’est la pagaille ! Ses boucles brunes n’en font qu’à leur tête, si bien que Rosalind les attache en permanence. Cela met en valeur le trait en amande de ses yeux bleus. Son regard sombre et souvent envieux peut s’avérer plein d’une grande tendresse. Le visage fin, on ne voit que ses lèvres charnues découvrant, lorsqu’elle sourit, une incisive cassée suite à une chute d’escalade. Sa puissante carrure impose un certain respect et fait d’elle une redoutable guerrière.

Caractère : Rosalind est une bosseuse. Quand elle a un objectif en tête, elle ne s’arrête pas avant de l’avoir atteint. Cette manière de penser lui donne des qualités de meneuse naturelles. Toute fois elle est facilement envieuse de ce qu’ont les autres et, de ce fait, se met beaucoup de pression. Un poil rancunière, ce n’est pas une bonne idée de se la maître à dos.


Passé :

Née dans une famille d’artistes, Rosalind a toujours eu une vie facile. Sa mère est une peintre très appréciée et son père un tailleur de capes renommé. Leur petit commerce va bon train et les revenus sont empalement suffisants. Cette oisiveté a toujours agacé Rosalind dès son plus jeun âge.

Elle a connu Freya à la petite école. Elle l’a tout de suite adorée, séduite par sa gentillesse et sa forte tête. Les parents de Freya étant moins aisés que les siens, toutes les deux ne vivaient pas dans le même quartier d’Isstådel. De cette amitié, Rosalind a tiré deux leçon. La première était que ses parents vivaient hors des réalités : ils ne connaissaient pas la perte d’un proche et ne se souciaient en aucun cas des drakøns. La seconde leçon fut plus dur à digérer. Si tout semblait aisé pour Freya, elle, il lui fallait travailler pour tenter d’égaler son niveau ! 

Les parents de Rosalind se moquaient bien de ce qu’elle faisait de son temps libre tant qu’elle était souriante au dîner. Et ce fut le cas, si bien qu’elle passa son enfance et son adolescence à suivre Freya partout où son imagination les menait. Ceci lui valut plusieurs chute d’un mur impraticable et cette fameuse dent cassée. Rosalind enviait sa famille aimante, son frère, ses facilités, sa vie. Freya mettait du piment dans la sienne.

Quand elle entra à l’école supérieure, trois avant Freya, Rosalind découvrit son succès auprès des garçons avec une certaine satisfaction. Voilà un domaine où Freya ne la surpassait pas. Elle était sincèrement heureuse de pouvoir enfin lui enseigner quelque chose.

Lors de la grande invasion, durant son dix-huitième hiver, tout bascula. L’inaction de ses parents suite au drame en parallèle de l’effondrement de Freya à cause de la perte de son père, lui fit prendre une décision : agir. Il lui était intolérable de finir comme ses parent. Elle deviendrait Protectrice ! Freya et elle se firent cette promesse et, si son amie se mit réellement au travail, Rosalind dut travailler d’arrache pied pour se maintenir à son niveau. Ses efforts furent récompensés par une admission parmi les Protecteur des plus brillante.


Conflits internes :

Elle sait qu’être envieuse ou jalouse est un défaut et fait tout pour ne pas l’être, mais c’est plus fort qu’elle. Même si elle aime Freya du fond du coeur, elle rêverait d’être comme elle. De se fait, le flegme de son amie l’irrite tout particulièrement !

S’être éloignée de ses parents à cause d’une divergence d’opinions l’attriste. Elle à beau y réfléchir, elle ne comprend pas que ses parents n’admettent pas la futilité de leur métiers.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur google
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email

Qu'en dites vous ?

%d blogueurs aiment cette page :