« Propriété privé », Julia Deck, 2019, Les Éditions de minuit

Du rêve au cauchemar…

Les Caradec quittent leur appartement parisien pour s’installer dans l’écoquartier d’une douillette ville de la banlieue parisienne, où vient de se construire leur maison. Leur allée se compose de quatre maisons mitoyennes de chaque côté.

Tout aurait pu bien se passer si les Lecoq n’avaient pas emménagé dans la maison mitoyenne de la leur.

Le couple modèle montre très vite son vrai visage, bruyants, cyniques, cruels, manipulateurs, ceux-ci montent un plan machiavélique pour pousser les Caradec à bout.

Les Caradec sont des proies faciles: lui est suivi depuis des années pour troubles psychiatriques graves; elle tente de tenir bon et d’aimer son mari malgré tout, alors que la folie ronge leur couple.

_____

Julia Deck fait parler la narratrice, Mme Caradec. Celle-ci s’adresse à son mari et lui raconte tout le déroulement de l’affaire, comme si dans sa brume chimique, il n’avait pu tout suivre, alors qu’il en a été le principal protagoniste. L’effet n’en est que plus réaliste.

Son écriture, à la fois incisive et cinématographique, ajoute un rythme oppressant à l’histoire. La touche de sarcasme pour dépeindre ces parisiens bobos exilés aux portes de Paris, persuadés de limiter leur empreinte carbone, est délicieuse.

Un éditeur qui me surprendra toujours. J’ai aimé ce roman que j’ai dévoré, luttant contre le sommeil pour le finir. Je vous le conseille.

Qu'en dites vous ?

%d blogueurs aiment cette page :