« Orléans », Yann Moix, RL2019, Grasset

👌🏽 Lire ou… 💩 ne pas lire ce roman?

👌🏽 L’auteur raconte les sévices que ses parents lui ont fait subir toute son enfance et adolescence.

Tout être ayant subi des maltraitances enfant doit avoir la possibilité de raconter, puisque sa réparation en dépend; nous sommes tous capables d’empathie et nous ne pouvons fermer les yeux sur ce qui se passe dans de nombreux foyers une fois la porte fermée.

J’espère que ses tortionnaires, qui l’ont accusé de mentir, sont couverts de honte !

💩 Son témoignage n’a pas d’universalité; il est autocentré et la réflexion psychologique très limitée, le témoignage reste factuel. Il semble nourrir une haine pour ses géniteurs, et fait un véritable « déni de frère » pourtant de 4 ans son cadet. C’est SA vérité.

Il n’apportera pas grand-chose pour la reconstruction à des adultes ayant subi des brutalités par leurs parents. 

👌🏽 La littérature, l’écriture, apprendre seront ses refuges: il s’y plonge corps et âmes, à la limite du fanatisme. Un autre monde s’ouvre à lui: la beauté des mots.

💩 Il fait un « étalage » très élitiste de ses gouts littéraires qui laisseront en marge nombre de lecteurs.

On a aussi un peu envie de lui dire, une fois étudiant, de boire des coups avec des potes, d’aller à la piscine, de courir après les pigeons et de compter les marches de la Tour Eiffel… vivre quoi!

👌🏽 Le livre se dévore, la construction est originale: « Dedans »/ »Dehors » et chaque chapitre est une année d’école, ce qui parle à tout le monde.

💩 Le style plaira à certains: un auteur qui écrit avec le Littré dans une main, le stylo dans l’autre et le Bescherelle entre les dents, usant et abusant du subjonctif imparfait, faisant sûrement de lui l’auteur au style le plus pédant et antinaturel de cette rentrée littéraire.

 

Je ne regrette pas d’avoir lu ce livre, mais je ne relirai pas Moix. Et vous?

Qu'en dites vous ?

%d blogueurs aiment cette page :