“Madame Hayat”, Ahmet Atlan

Fazıl devient un étudiant pauvre après la faillite et le décès de son père.
Il continue ses brillantes études de littérature mais doit trouver un travail.

Il devient figurant dans un studio de tournage pour une émission de seconde zone. Il y rencontre deux femmes, madame Hayat et Sıla.
La première, quarantaine passée, milieu populaire, joie de vivre, insouciante, fascine et électrise Fazıl.
La seconde, étudiante en littérature, hautaine, brillante, torturée, déclassée après la mise au ban de sa famille, attire Fazıl par sa beauté et la complicité qu’il trouve à ses côtés.

Dans un climat de montée de la dictature et du fanatisme, l’amour de Fazıl pour ces deux femmes est le refuge qu’il n’avait pas prévu. Il s’ouvre aux femmes, aux humains qui l’entourent et à la politique.

Ahmet Atlan ne nomme jamais ni la Turquie, ni Istanbul, juste « le Bosphore » une fois, mais il est aisé de comprendre que c’est son pays qu’il raconte: peur, arrestations sommaires, paranoïa, pauvreté, bastonnades… Cette plongée dans la Turquie de ces dernières années est instructive et glaçante.
Je me souviens d’une Istanbul si gaie, si lumineuse, si colorée.

Les personnages sont particulièrement intéressants par leur complexité et leur complémentarité.
Le Poète engagé, assuré et l’étudiant dépolitisé, candide; la femme de 40 ans sensuelle, enjouée et celle de 20 ans arrogante, amère.
Quel travail de portraitiste!

Je suis beaucoup moins touchée par l’histoire d’amour. Fazıl semble se contenter d’aimer à sens unique trouvant dans ces deux femmes ce qu’il manque à l’autre, sans vraiment leur dire ce qu’il pense, sans se préoccuper de savoir ce qu’elles ressentent ou de la douleur qu’il causera.
Je n’aimerais pas être amoureuse d’un homme comme lui.

J’ai aimé la plume, littéraire et fluide. J’ai trouvé vivant les différentes prolepses (flash-forwards), annonçant les drames à venir et faisant monter la tension.
Les passages sur la littérature sont passionnants !

La fin est superbe pour deux raisons, mais j’en ai déjà trop dit.

Lisez ce roman, il est excellent !
Roman en lice pour le Prix Bookstagram du roman étranger 2022.

2 comments On “Madame Hayat”, Ahmet Atlan

Qu'en dites vous ?

En savoir plus sur Les Carpenters racontent

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Poursuivre la lecture