“Les gratitudes”, Delphine de Vigan, 2019, JC Latès

Michka ne peut plus rester seule chez elle: la vieillesse a fait son travail de sape et l’autonomie s’en est allée.

Marie vient la voir quand elle peut, parce que Marie est la fille que Michka n’a jamais eu; ou est-ce Michka qui est la mère que Marie aurait dû avoir…?

Mais Marie ne fait pas que visiter Michka, elle va aussi faire des recherches pour elle. Michka a un couple à remercier, un couple qu’elle n’a jamais retrouvé.

Jérôme s’attache tendrement à Michka et lors de leurs séances de rééducation orthophonique, qui aideront Michka à retarder l’échéance de la perte du langage, celle-ci détecte les fêlures de Jérôme. Les mots que Michka possède encore seront pour aider Jérôme.

Toutes ces gratitudes sont comme une évidence mais quelle bonne idée de les coucher sur le papier dans un si beau texte.
On se laisse porter par ces récits tendres et lumineux, dramatiques mais plein d’espoir, car il suffit parfois d’une personne pour écarter la cruauté d’un monde.

Du bon De Vigan!
Un audio de qualité.

Moi je suis pleine de gratitude pour ma maman. Oui, j’ai cette chance et j’en suis d’autant plus consciente que je sais qu’elle n’est pas à la hauteur pour beaucoup d’autres.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur google
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email

1 comments On “Les gratitudes”, Delphine de Vigan, 2019, JC Latès

Qu'en dites vous ?