“Le voyage dans l’Est”, Christine Angot

“Le voyage dans l’Est”, Christine Angot, 2021, Flammarion

Une première partie sur les viols subis par Christine Angot par son père, de l’âge de 13 ans à l’âge de 26 ans.
Partie crue, explicite, qui oscille entre le mauvais film de cul et l’horreur de l’inceste.

Une deuxième partie qui situe l’inceste dans son déni sociétal et dans sa domination de l’homme sur l’enfant et la femme.

Le style est de l’ordre du “non style”: les phrases sont courtes et efficaces.

La première partie est extrêmement dérangeante, l’inceste bien sûr, mais surtout la façon de le raconter.

La seconde partie est très intéressante voire indispensable.

Les personnes ayant subi un viol ou connu l’inceste, devraient  passer leur chemin.
Les autres, lisez-le pour comprendre, ou encore mieux comprendre.

J’espère que Christine Angot passera à autre chose que ce thème. Écrire et écrire dessus ne fait que remuer le couteau dans une plaie béante.
Elle fait partie des voix qui se sont toujours élevées sur le sujet. C’est louable, mais vu les attaques et la médiocrité de notre société, peut-elle panser ses plaies? Peut-elle s’estimer?

Je lui souhaite, avec toute la tendresse dont je suis capable, de trouver la paix, l’amour, et l’amour de soi.

Vote: abstention.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email

Qu'en dites vous ?