« Le tram de Noël », Giosuè Calaciura, RL2020, Les Éditions Noir sur Blanc

Il est veuf en quête de compagnie, elle est une jeune migrante affamée. Ils se blottissent dans ce tram obscur qui les emmène vers la pénombre d’une chambre où chacun obtiendra ce qu’il désire le plus.

Mais rien ne se passe comme prévu. Au fond du tram, ce couple improbable trouve un bébé. Un bébé tout noir, aux paumes douces et roses, enveloppé dans une couverture nouée au siège… noué pour ne pas tomber.

À qui est ce bébé?

À chaque arrêt, un nouveau passager monte, se penche sur l’enfant ou s’accroupit devant lui, subjugués par tant de douceur, se posant cette même question, « Mais d’où vient ce bébé, abandonné un soir de Noël? »

Des passagers qui finalement ne sont peut-être pas là pour se réunir autour de l’enfant, mais pour se réunir tout court, eux les précaires, les oubliés de la fête, les esseulés.

Après mon coup de foudre absolu pour Borgo Vecchio (je l’ai offert à deux personnes à Noël), je n’avais qu’une envie, retrouver la plume unique de Giosuè Calaciura.

Ce conte de Noël, loin des contes de fées traditionnels qui maintiennent les miséreux dans l’illusion d’une magie qui les sauvera ou les rendra riches, est d’une dureté déchirante quant aux histoires qu’il dévoile, mais d’une douceur infinie tant il y a de la magie dans la plume de cet auteur. Un auteur à ribambelles. Ceux qui l’ont lu ou le liront comprendront.

Lisez Giosuè Calaciura!

S’ajoutent au texte les merveilleuses illustrations de Gérard Dubois. Gros coup de cœur pour ces œuvres au réalisme naïf et coloré.

Traduit de l’italien par Lise Chapuis

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur google
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email

Qu'en dites vous ?

%d blogueurs aiment cette page :