« Le temps est à l’orage », Jérôme Lafargue, 2019, Quidam éditeur

Joan, gardien officieux et officiel de la Nature sur le site d’Aurinvia, revient sur son parcours de protecteur de ce coin vierge des Landes, avec ses lacs, sa trouée vers l’océan, sa beauté brute.

Tout a commencé trente ans plus tôt, quand la forêt se sentant menacée par l’activité humaine, le désigne lui, ancien tireur d’élite de l’armée française, mais profondément respectueux de son environnement, comme les bras défenseurs et vengeurs d’une Nature qui n’entend pas se laisser faire.

Il entre en symbiose avec elle, guidé par un étrange chat, peut-être intermédiaire de la communication entre l’homme et la forêt.

Un chat « immortel… fidèle associé… depuis trente ans ».

Il n’est pas le premier homme à avoir dû endosser ce rôle: il détient les preuves écrites d’au moins un autre d’entre eux, cent ans plus tôt.

Cet ancien justicier au Tchad, en devenant justicier écologique, devra faire preuve, à contrecœur, d’une extrême violence pour contrer la cupidité humaine.

______

Un conte écologique plaisant, où se mêlent harmonieusement fantastique et policier, ce roman m’a été conseillé par ma libraire de la librairie « Le grenier » à Dinan. J’ai un peu hésité, suite à ma déception avec « Éden » de Monica Sabolo, dans lequel le thème de la forêt personnifiée est aussi présent. C’était finalement un choix bien plus intéressant, portée par une plume riche mais naturelle.

Comme quoi, ce ne sont pas ceux dont on parle le plus qui méritent le plus d’être lus…

Varions les éditions cette fois avec Quidam Éditeur, la maison d’édition de l’insolite.

 

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur google
Partager sur reddit
Partager sur whatsapp
Partager sur email

Qu'en dites vous ?

%d blogueurs aiment cette page :