“Le grand voyage d’Alice”, Gaspard Talmasse

La Boîte à Bulles est un de mes éditeurs préférés de bandes dessinées.
Lors du festival Quai des bulles de Saint-Malo, je vais bien sûr fureter sur leur stand pour découvrir leurs trésors.

J’ai eu un coup de foudre immédiat pour Alice. Ses grands yeux lumineux et effrayés, ses cheveux courts, sa petite robe blanche, le regard, tourné vers elle, de la petite derrière, la fumée qui s’échappe des tentes dans le fond… Il fallait que je connaisse son histoire.

Son histoire, c’est l’autre Histoire du Rwanda. Non plus celle des Tutsis mais celle des Hutus. Les perdants. Les massacreurs. Les génocidaires.

Alice est une survivante de cette Histoire, parce qu’elle fait partie du million de Hutus qui a fuit. Parmi ces fuyards, il y avait des meurtriers bien sûr, mais les trois quarts étaient des femmes et des enfants. Pris entre deux feux.

Alice était une de ces enfants. Elle raconte ces 10 années d’enfance volée. Elle raconte avec ses mots d’enfant blasée. Et c’est bouleversant.

Les dessins de @gaspardt sont fabuleux, les couleurs, l’aquarelle, les expressions, les différents plans, et surtout, les yeux.
Magnifique!

“Le grand voyage d’Alice”, Gaspard Talmasse, 2021, La Boîte à Bulles

Qu'en dites vous ?

En savoir plus sur Les Carpenters racontent

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Poursuivre la lecture