Le Drakøn

Poids : 1,2 T pour les mâles les plus lourds, 800 Kg pour les femelles les plus légères

Taille : 3 m pour les plus grands spécimens, 2,10 m pour les plus petits

Espérance de vie : 150 hivers en moyenne. Le plus vieux drakøn connu avait atteint plus de 207 hivers.

Description

Sa majesté n’a pas son pareil dans tout le Snørikland. La blancheur de son épais pelage rappelle la pureté de la neige fraiche. La douceur de ses longs poils donne envie d’y plonger tout entier. Malgré une taille monstrueuse, l’allure effilée et élégante de sa silhouette donne une impression de légèreté. Sans oublier le pas feutré de ses pattes veloutées. Les ailes, d’une envergure de plusieurs mètres, sont d’une puissance telle que le mouvement d’air au décollage fait chanceler un homme adulte.  

De larges babines retroussées sur une puissante mâchoire hérissée de crocs, de grandes oreilles pointues hyper-mobiles, une vision thermique extrêmement performante, cet animal est taillé pour la traque. Pourtant sa nature pacifique et tranquille lui fait chasser le strict nécéssaire à la survie du clan. 

Habitat :

Les drakøns vivent pour la plupart en groupe d’une centaine d’individus, nichés haut dans les montagnes. Quelques spécimens solitaires vivent au sol dans la grande forêt centrale du Snørikland. Leur pelage leur permet de supporter les longs mois d’hiver les plus extrêmes, mais dès les premières chaleurs, ils abandonnent difficilement la fraîcheur des grottes.

Alimentation :

Carnivore, étant donné sa corpulence, le drakøn a besoin d’une grande quantité de viande. Il chasse en groupe sur plusieurs jours et rapporte de quoi nourrir tout le clan pour une longue période. Le drakøn est la seule autre espèce douée d’une intelligence semblable à celle de l’homme. Il est capable de conserver la viande dans la glace plusieurs jours ou de la sécher.

Il ne leur est pas nécéssaire de manger tous les jours. Disposant de deux estomacs, leur métabolisme est lent, et ce, d’autant plus qu’il fait chaud.

Leur proie préférée est le dulv. Plus gros prédateur terrestre, sa carcasse nourrit un drakøn à lui tout seule pour plusieurs semaines. 

Organisation sociale :

Un clan est souvent mené par le drakøn le plus vieux, qu’il soit mâle ou femelle. Ce chef veille à distribuer les rôles : drakøn guerrier, chasseur, et veilleur (cf ci-dessous). C’est également lui qui transmet aux jeunes générations l’histoire et la mémoire des drakøns.

Les relations entre drakøns n’ont rien d’instinctif et ne sont pas dans l’unique but de procréer. Il est courant que deux mâles ou deux femelles décident de lier leurs vies sur le long terme.


Autre :

Les drakøns étaient là bien avant les hommes. Leur sens de la postérité a toujours été très développé et ils ont longtemps cherché comment transmettre leurs savoirs aux générations futures sans le déformer. Ils ont fini par trouver une étrange plante, le bushåtør, ou buisson chuchoteur, qui vibre en émettant un faible son lorsqu’elle perçoit une mélodie. Les drakøns ont donc commencé à ronronner leurs histoires aux buissons chuchoteurs. Ces plantes très fragiles sont gardées par les veilleurs sous les montagnes. Il existe des centaines de bibliothèques abritant des milliers de buissons. Outre l’entretien des plantes, les veilleurs s’assurent de répéter aux jeunes plants les histoires des buissons malades.

Aussi loin qu’ils se souviennent, les drakøns miroirs capables de mågie ont toujours existé. Loin d’être effrayés par leurs pouvoirs, les autres membres les ont toujours chéris et protégés. Ces individus spéciaux sont capables de plusieurs choses : cracher de la neige ou de la glace, utiliser leur énergie vitale pour créer des sortilèges peu énergivores (boucliers de protection, métamorphose morphologique-équivalente…).

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur google
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email

Qu'en dites vous ?

%d blogueurs aiment cette page :