« Le collier rouge », Jean-Christophe Rufin, 2014, Gallimard

Sur la place du village, un chien aboie sans discontinuer, nuit et jour. Son maitre est retenu prisonnier dans la caserne du village.

L’officier Lantier, chargé d’enquêter sur l’affaire, n’aspire qu’à régler cette histoire au plus vite: la guerre la plus meurtrière vient de se terminer, notre détenu est un héros décoré en 17 et condamner un tel homme en 19 pour « ça » lui parait inconcevable.

De simples excuses suffiraient et Morlac serait libre. Mais non… rien à faire… Morlac maintient la justesse de son acte: il ne s’excusera pas.

Qu’a-t-il fait? pourquoi le chien a-t-il tant d’importance? quelle est la place de Valentine? où est la clé du drame?

______

Jean-Christophe Rufin raconte une histoire simple, sur la loyauté, la fidélité et l’amour. Il dévoile ses personnages pas à pas, subtilement, des personnages tendrement humains, liés par un chien presque plus humain qu’eux, criant de contraste face à la déshumanisation de cette guerre qu’il est bon de ne jamais oublier.

L’énigme se dénoue brillamment, l’écriture se savoure et on en redemande.

Monsieur Rufin est décidemment un grand auteur. Ça fait du bien!

Qu'en dites vous ?

%d blogueurs aiment cette page :