« L’anomalie », Hervé Le Tellier, RL2020, Gallimard

Onze personnages sont présentés sur les 150 premières pages du roman: une enfant de 6 ans, un architecte quinquagénaire, un chanteur nigérian, une avocate afro-américaine, un écrivain désabusé, un pilote d’avion atteint d’un grave cancer …

Ces personnages ont en commun le vol Paris-New-York d’Air France 006, de mars 2021, durant lequel des perturbations et un orage hors du commun ont bien failli couter la vie aux 243 passagers. Passagers qui quelques mois plus tard seront tous cueillis dans leur quotidien par des agents du FBI.

Le roman est construit comme un film catastrophe américain: on suit plusieurs personnages clés parmi ceux qui ont vécu un évènement commun et on voit quelles incidences cet évènement aura sur leur vie. Le lecteur doit donc s’adapter en permanence aux changements de points de vue de ces 11 personnages, auxquels viennent s’ajouter des réunions de scientifiques, de chefs d’État, de dignitaires religieux.

Cette construction périlleuse est maitrisée au point de n’être ni lassante ni déroutante (une gymnastique cérébrale s’impose tout de même).

Je ne suis pas adepte de romans d’anticipation, je n’aime la SF qu’au cinéma et je fuis les romans polyphoniques, mais Hervé Le Tellier, avec sa plume littéraire et évocatrice, a réussi à me faire passer d’agréables heures de lecture.

Les adeptes du genre devraient adorer. Quelle inventivité!

Ce roman est toujours dans la sélection des goncourables. Les lycéens devraient kiffer.

Vote: abstention.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur google
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email

Qu'en dites vous ?

%d blogueurs aiment cette page :