“L’ami arménien”, Andreï Makine

Un adolescent de 13 ans, orphelin, devient le garde du corps de son ami arménien.
Dans cette ville de Sibérie, l’un vit dans un orphelinat à la mode soviétique, l’autre dans le quartier “Du bout du Diable” où pourrissent les exclus.

Le narrateur va y trouver une chaleur, une famille, et les deux jeunes vont vivre quelques mois d’une intense amitié, entre violence, jeux, drame et rêve.

La famille arménienne attend le procès de résistants Arméniens opposants au régime soviétique.
Le narrateur, lui, n’attend rien, il vit désormais à l’heure de cette nouvelle famille et de son ami fragile.

C’est très beau, incarné, magnifiquement écrit.
Je recommande fortement, tant pour le récit, que pour la part historique, ou le romanesque de ces personnages cabossés.

2 comments On “L’ami arménien”, Andreï Makine

Qu'en dites vous ?

En savoir plus sur Les Carpenters racontent

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Poursuivre la lecture