« La ville fond », Quentin Leclerc, 2018, Éditions de l’Ogre

Bram, veuf à la retraite, un peu simplet, doit se rendre en ville afin de renouveler ses médicaments. Il a l’habitude de prendre le bus et c’est la seule sortie qu’il fait hors de sa campagne depuis que sa femme est morte.

Seulement cette fois, tout ne se passe pas comme d’habitude. La ville fond, mais Bram, ainsi que le chauffeur du bus, ne le savent pas.

Le premier jour, le bus est en panne, ce qui désespère le chauffeur; le lendemain, le pneu crève; un autre jour, ils essayent de s’y rendre à vélo tirant une caisse en bois; une autre fois à pied, puis en tracteur…

La campagne, le village, la maison, la ferme ne cessent de changer d’aspect. Chaque jour est comme un « game over » et chaque réveil un recommencement à un point donné, dans un décor plus différent que la veille. Ce qui est mort un jour peut être vivant le lendemain. Ce qui est ruine peut être en parfait état le jour suivant…

Seul le narrateur sait que la ville fond, mais le fait qu’elle fonde affecte le comportement de tout le monde, chaque fois de plus en plus tragiquement: le maire devient un dictateur, les policiers des tueurs, les femmes des guerrières, le fermier est suicidaire, les porcs s’entre-dévorent, les enfants sont méchants…

Seuls Bram, peu troublé par ce monde changeant et le chauffeur, au contraire très perturbé, restent constants et déterminés à rejoindre la ville.

Y parviendront-ils?

____

Dans ce roman, où trône l’absurde, écrit avec une plume remarquable et imagé, on pourra percevoir une forme d’onirisme, ou un symbolisme derrière le comportement des Hommes, peut-être aussi la folie de Bram à court de médicaments.

J’ai attendu une chute qui expliquerait cette histoire sous opiacé… mais…

___

Une découverte insolite grâce au challenge « Varions les éditions », avec cet auteur à la plume riche et élégante, et les Éditions de l’Ogre qui mettent en valeur des romans à la réalité trouble.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur google
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email

Qu'en dites vous ?

%d blogueurs aiment cette page :