«La Terre invisible», Hubert Mingarelli, RL2019, Buchet Chastel

Il est colonel de l’armée britannique et photographe de guerre.

L’Allemagne est vaincue et les troupes rentrent chez elles.

Mais lui ne peut pas, il a vu trop d’horreurs en libérant ce pays, des images le hantent, des images de spectres et de mourants, des corps décharnés des camps.

Comment l’Allemand a-t-il pu laisser faire ça ?

Sans bien comprendre pourquoi, il part sur les routes d’Allemagne, avec un soldat chauffeur fraichement débarqué, quelques rations de nourriture et son appareil photo.

Il prend en photo l’Allemand moyen, avec femme et enfants, devant sa maison.

Il les mitraille ? en fait de simples humains ? les banalise ? les humilie en les figeant dans leur défaite ?

On ne saura pas, chacun en tirera les conclusions qu’il voudra, c’est un livre à plusieurs lectures.

L’écriture est agréable, les portraits de ces allemands sont vivants, on les voit sans voir les photos, l’acolyte chauffeur est attachant et torturé…

J’ai dévoré ce roman d’une simplicité presque absurde.

Vote : abstention. Un roman à découvrir mais je n’en fais pas mon choix pour le Goncourt.

Qu'en dites vous ?

Site Footer

%d blogueurs aiment cette page :