« La clé USB », Jean-Philippe Toussaint, RL2019, Les éditions de minuit

Jean Detrez occupe un poste à très haute responsabilité à la Commission européenne et est une pointure de la prospective, la crypto-monnaie, les blockchains ou le hashrate (flippez pas!).

Il est un jour approché par des lobbyistes, qui espèrent le soutien de Jean pour introduire sur le marché européen la société chinoise qu’ils représentent, spécialisée dans le minage informatique (le quoi?).

Jean Detrez, curieux de leur stratagème, les laisse approcher et commence à jouer avec eux un jeu « d’observé/observateur » assez subtil.

Jusqu’au jour, où l’un des lobbyistes laisse tomber une clé USB, dont le contenu révèle la création de machines extrêmement puissantes dans la création de bitcoins, mais… dissimulant une « blackdoor »! (kézako?)

Il est temps de se rendre en Chine, dans le secret le plus total, afin de confirmer ses soupçons de cyber-espionnage…

Me voilà plongée dans l’univers que je redoute le plus en littérature, et pourtant, j’ai dévoré ce roman. J’ai bien sûr cherché quelques définitions pour enrichir mon vocabulaire et mieux situer l’action, mais je me suis passionnée pour cette histoire.

L’écriture de M. Toussaint y est indéniablement pour quelque chose: c’est limpide, littéraire et agréable à lire, drôle – la définition des lobbyistes et la colère contre les cintres anti-vol, entre-autre, sont excellentes – et les personnages sont absolument délicieux.

Mais… parce qu’il y a un MAIS… après avoir vécu de grandes intrigues et péripéties avec Jean, je le vois rentrer à Bruxelles et partir sur un sujet qui n’a absolument rien à voir avec les ¾ du livre.

Trop subtil pour moi…

Ceci m’a permis de découvrir la plume de M. Toussaint qui est absolument fabuleuse, de passer un agréable moment de lecture et d’apprendre des choses sur le minage informatique que j’aurais sûrement oubliées dans 2 jours.

Qu'en dites vous ?

Site Footer

%d blogueurs aiment cette page :