«La bombe», Alcante, Bollée, Rodier, 2020, Glénat

C’est au-delà des mots et pourtant il faut parler de l’indicible, se le raconter, se le transmettre.

À l’heure où l’on craint une répétition de l’Histoire, il faut nous poser cette question: que savons-nous de cette histoire?

La fission de l’atome est une découverte récente, mais purement scientifique au départ. Jusqu’au moment où un scientifique, pendant la SGM, fait tout pour alerter le gouvernement états-uniens de l’importance de se doter d’une bombe surpuissante pour montrer la puissance du pays face à l’Allemagne nazie.
Il s’appelle Leo Szilard, il est juif hongrois, éminent scientifique qui a fui le nazisme d’Europe au bon moment.

Cet homme, ainsi que d’autres scientifiques de sa génération, est le point de départ de l’extermination de centaines de milliers de Japonais.e en quelques minutes.
Pour… gagner la guerre du Pacifique un peu plus tôt que prévu.

Lorsque l’armée des États-Unis s’empare du projet, aucun de ces scientifiques ne peut plus faire machine arrière. Szilard s’en mordra les doigts…

La course à l’armement est en route. Contre les nazis. Puis contre les Japonais. Puis contre les Soviétiques… et… pour combien de temps encore…

Enfant de la guerre froide, j’ai grandi avec cette terreur. À 13 ans, avec un documentaire que j’ai regardé en boucle dans une fascination morbide, j’ai appris ce qu’une bombe nucléaire ferait si elle était larguée. Cette peur m’a longtemps hantée.

Tout au long de cette semaine, j’ai appris l’Histoire de cette bombe.
Dans un travail magistral de plusieurs années, de milliers d’heures, Alacante, Bollée et Rodier racontent ce macabre virage historique.

500 planches en noir et blanc illustrées par Denis Rodier avec une précision clinique et un coup de crayon fascinant.

J’ai fermé ce monument de la BD en larmes, vidée de toute espoir en la nature humaine.

Bravo aux auteurs, à toutes celles et ceux qui les ont accompagnés dans leurs recherches et à l’éditeur Glénat pour cet ouvrage.
Ils sont bien les seuls que l’on a envie de remercier ici.

Je suis plus riche d’une histoire. Une histoire qui renforce mon pacifisme.

À ne manquer sous aucun prétexte !

Qu'en dites vous ?

En savoir plus sur Les Carpenters racontent

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Poursuivre la lecture