« La balade silencieuse de Jackson C. Franck », Thomas Giraud, 2018, Éditions La Contre Allée

1954, Jackson a 11 ans quand il est grièvement brûlé dans l’incendie qui ravage son école et tue quinze de ses camarades du cours de musique, dont Donald, son meilleur ami.

Pendant ses mois d’hospitalisation, où il subira soins intensifs et greffes, Jackson va réapprendre à vivre avec ce nouveau corps, avec ce traumatisme et avec une vie qui commence à lui échapper.

Son oncle, pendant sa convalescence, lui met une guitare entre les mains. Sa mère, vers 17 ans lui offre une virée à Memphis, dans la villa d’Elvis, avec lequel il passe une après-midi hors du temps en tête à tête.

Son avenir est dorénavant scellé avec celui de la musique.

Après avoir touché une énorme somme d’argent en indemnité à sa majorité, il prend le bateau pour Londres, sur lequel il compose son seul et unique album, « Blues Run The Game ».

Il vivote à Londres, puis enregistre son album grâce à Paul Simon et Arthur Garfunkel.

Mais le succès n’est pas au rendez-vous et la vie de Jackson C. Franck ne sera faite que de drames terribles, d’errance et de désespoir.

C’est un livre sombre à lire avec l’incroyable musique blues et la magnifique voix de Jackson C. Franck dans les oreilles: on y sent tout le drame de sa vie. La beauté de sa musique accompagne la beauté des mots de Thomas Giraud.

Une belle découverte!

Qu'en dites vous ?

Site Footer

%d blogueurs aiment cette page :