Je suis raté – Histoire courte

On m’appelle le raté. Rackmav’ le Raté. Ce n’est pas méchant. C’est vrai que je suis raté. Aussi raté que cet oiseau antique. Le manchot empereur. Je suis comme lui. Un oiseau condamné à marcher.

Là où je vis, il faut être Dur. Fort. Sans pitié. Chaque être vivant qui m’entoure est une forteresse de sauvagerie. Moi je suis raté. Je suis grêle. Doux. Rêveur. Là où les autres tuent, détruisent, je crée. Façonne. Lorsqu’ils hurlent ou grondent, je ris, je chante.

Lorsque j’étais petit, une dizaine d’années tout au plus, père m’a dit : « Fils. Tu ne seras jamais bon à rien ici. Pars et ne reviens jamais, ou alors trouve-toi. ». A cette époque, j’avais trouvé ce conseil douteux et obscur. J’ai fait mon choix. Je me suis trouvé. Un peu plus chaque jour.

Je suis devenu forgeron. J’excelle dans mon travail. Je crée les armes les plus robustes, les plus tranchantes. Mais ce que les gens aiment, c’est mon côté raté. En dépit de toute humanité, au fond de ce peuple sanguinaire, j’ai réveillé quelque chose d’étonnant. Ils aiment le beau. Une épée lourde et puissante leur convient. C’est un objet utile. Une épée lourde, puissante splendide et unique ? Ils se l’arrachent. J’ai commencé à devenir célèbre. Mes oeuvres, très prisées. 

J’ai continué à me chercher. Je me suis lancé dans la décoration d’intérieur. D’abord quelques objets. J’ai plié le métal selon mes rêves. J’ai placé au coeur de mes créations l’équilibre entre la férocité de mon peuple et la légèreté de mon âme. J’ai des commandes par dessus la tête. Ils se battent pour les objets insolites de Rackmavinokarilovitch le raté.

Aujourd’hui j’ai reçu la visite imprévue d’une invitée tout à fait démoniaque. La reine. Elle était tout de rouge vêtue. Habituellement nous portons du noir. Du gris, si l’humeur y est. Aujourd’hui elle portait la couleur du deuil. Feu son mari, au combat avait péri.

Mon travail singulier et excentrique l’avait profondément touchée. J’en reste coi. J’ai trouvé la douleur dans le coeur de ma reine. 

Elle m’avait apporté la tête du roi. Ce qu’il en restait. De la chaire sur un crâne. « Rends hommage à ton roi » m’a-t-elle dit sèchement. J’y ai mis mon coeur. Elle a aimé. J’ai trouvé l’amour dans le coeur de ma reine.

Aujourd’hui je suis roi. Un roi raté. Plein d’amour, de bienveillance. J’ai construit le respect de mon peuple depuis si longtemps qu’aujourd’hui, lui aussi est raté.

Plus d'histoires...

Qu'en dites vous ?

Site Footer

%d blogueurs aiment cette page :