“Idiss”, Richard Malka & Fred Bernard

Idiss, dans son Shtetl d’Europe de l’Est, en cette fin du XIXe siècle, attend le retour de son mari parti depuis quatre ans pour servir le Tsar. Elle vend ce qu’elle peut sur le marché, risque sa vie en acceptant des combines au marché noir, pour nourrir ses deux fils et ses beaux-parents.

Quand enfin son mari rentre, la joie revient ainsi qu’une petite fille, la mère du futur Robert Badinter.
Le bonheur d’Idiss est de courte durée. Les pogromes se multiplient et son homme dilapide leurs maigres gains au jeu.

Ils s’exilent pour Paris où le bonheur les attend enfin… jusqu’à l’arrivée des croix gammées.

Quel bouleversant témoignage que celui de Robert Badinter pour sa grand-mère. Que d’amour dans l’horreur.
J’ai aimé, vraiment aimé, même si j’en pleure encore en vous l’écrivant.

Magnifique travail des auteurs pour mettre en images et dégager l’essence de ce récit. Idiss est si tendre, si attachante. Bravo!

“Idiss”, Richard Malka & Fred Bernard, 2021, Rue de Sèvres

Qu'en dites vous ?

En savoir plus sur Les Carpenters racontent

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Poursuivre la lecture