« Héritage », Miguel Bonnefoy, RL2020, Rivages

Le premier des Lonsonier à arriver au Chili quitte la France avec 30 francs en poche et un pied de vigne pour faire fortune en Californie. Nous sommes en pleine commune de Paris et la vigne du Jura est ravagée par le phylloxéra. Il débarque à Santiago du Chili un peu par erreur et devient le point de départ de quatre générations de Franco-Chiliens amoureux inconditionnels du Chili, mais fidèles à la France.

Cette fidélité les amènera à traverser les horreurs de deux guerres mondiales et cet amour inconditionnel à subir la dictature chilienne.

Que ce soit le patriarche Lonsonier, le fils Lazare, la petite-fille Margot ou l’arrière-petit-fils Ilario Da, chacun se nourrira de ses rencontres, de ses amours et de ses passions. L’un se lancera dans les affaires lucratives de l’hostie (il fallait la trouver celle-là!), l’autre dans l’aviation, le plus jeune dans l’écriture.

On y croisera une volière fantastique, une fanfare jouant Bellini ou un guérisseur-philosophe.

Je suis absolument subjuguée par la plume de Miguel Bonnefoy, sa richesse de vocabulaire, ses tournures qui provoquent instantanément des images, la fluidité de sa plume qui court sur le papier, son clin d’œil à Garcia Marquez et à ses Cent ans de solitude, son amour communicatif pour le Chili.

J’ai ri, j’ai pleuré, j’ai dévoré tant d’audace, de poésie, de sarcasme et surtout de romanesque!

Ça fait du bien de voir que des auteur.ices savent encore inventer des histoires sans parler de leurs tribulations psychosomatiques.

J’en redemande!

Ce roman n’est plus sélectionné́ pour le Goncourt, mais l’est pour les lycéens et Dinan.

Vote: POUR!

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur google
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email

Qu'en dites vous ?

%d blogueurs aiment cette page :