Freya Ketilsdottir

Âge : 20 hivers

Poids : 70 Kg

Taille : 1,75 m

Rôle : Personnage principal

Description : Ses cheveux d’un roux vif sont sa fierté. Elle les entretient avec soin et veille à leur toucher soyeux. Elle les porte détachés la plupart du temps et les noue rapidement pour les entrainements. Ses grands yeux malicieux, sont souvent cachés par sa frange en bataille. Le vert sombre de son regard en fait toute sa tranquillité. Son nez tordu, par une ancienne fracture, accentue le caractère malicieux de son visage androgyne. Malgré sa taille, Freya n’est pas la plus grande parmi les femmes, ni la plus large d’épaules. Sa carrure menue et sa musculature fine lui font un corps souple et agile pour le combat rapproché. 

Caractère : Ses facilités ont fait d’elle, avec les années, quelqu’un qui supporte mal l’effort doublé d’un soupçon de vantardise. Cela ne l’empêche pas d’avoir un grand sens de l’observation concernant ceux qui l’entourent. Elle est aussi douce qu’elle est friponne et son impulsivité lui jouera des tours un jour. 


Passé :

Sa mère est morte en couche et son père a disparu lorsqu’elle n’était âgée que de 6 hivers. Enfin, c’est ce qu’on lui a raconté. Elle a donc été élevée par les meilleurs amis de son père, Amalia et Erling. Tous les deux avaient un fils d’un hiver de plus, nommé Silas. Ils sont rapidement devenus très porches et elle le considère aujourd’hui comme son véritable frère.

En grandissant, elle s’est passionnée pour l’escrime et l’escalade. Elle passait des heures à crapahuter ou à observer les Protecteurs, perchée sur les remparts de l’Åkvardem. Elle n’avait d’yeux que pour Celeste, la plus jeune des protectrices, mais aussi la plus terrible. Lorsqu’elle n’espionnait pas les Protecteurs, elle faisait des duels d’épée avec sa meilleure amie Rosalind. Ces deux là étaient inséparables et Freya s’arrangeait toujours pour que Rosalind puisse la suivre dans son alpinisme improvisé. 

Vers le quatorzième hiver, vint l’âge des garçons. Rosalind ne parlait plus que de ça et Freya s’efforçait de comprendre son enthousiasme. Elle ne trouvait rien de charmant dans leur visage et rien d’attirant dans leur corps. Bien sûr elle en avait embrassé quelques-uns, mais elle ne comprenait pas pourquoi cela n’avait rien à voir avec ce que décrivait Rosalind…

Peu après le début de son quinzième hiver, il y eut la grande invasion de drakøns. Erling fut tué et Freya dévastée. Amalia Silas et elle mirent du temps à faire le deuil. La mort de son père adoptif décida Freya à passer du rêve à la réalité et à devenir Protectrice. Les épreuves d’admission étant dangereuses, voir mortelles, elle s’entraîna plus sérieusement. Elle passa de quelques heures par semaines, à plusieurs heures par jour. Escrime et renforcement musculaire étaient devenus sa routine. Amalia ne l’autorisa pas à se présenter aux admissions avant son 20e hiver. Ce jour-là, elle était prête à en découdre !


Conflits internes

Même encore aujourd’hui, les garçons ne l’intéressent pas, et cela commence à l’inquiéter. De voir Rosalind avec Bjørn, elle ne peut pas s’empêcher de penser qu’elle n’est pas normale.

Celeste. Tout se résume dans ce prénom. Elle a mille questions à son propos et est incapable de définir véritablement ce qu’elle ressent à son égard. Cette femme est tellement étrange…

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur google
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email

Qu'en dites vous ?

%d blogueurs aiment cette page :