« Feel good », Thomas Gunzig, 2019, Au diable Vauvert

Après « La vie sauvage », j’avais très envie de relire la plume incisive de T. Gunzig.

Alice, 50 ans, mère célibataire, futée, belle, chômeuse, se retrouve dans une urgence financière dramatique. Si elle a toujours été « juste » depuis l’enfance, devoir trouver de l’argent pour survivre est une nouveauté qui va l’obliger à inventer des solutions aussi sordides que cocasses.

Tom, 47 ans, en instance de divorce, fauché, écrivain non reconnu, espère toujours écrire LE roman qui lui apportera la distinction parmi ses pairs, tout en gardant son identité littéraire et son imagination tortueuse.

Des évènements improbables vont conduire ces deux êtres à se rencontrer et à monter un coup insolite pour s’en sortir: « un braquage littéraire ». Le but est d’écrire un feel good book qui sera au top des ventes à la prochaine rentrée littéraire; Tom a le mode d’emploi, Alice les idées.

Vont-ils y arriver? Vont-ils enfin réussir eux aussi à entuber tout le monde et à profiter de ce système qui ne laisse pas de place aux petits, les laissant crever de faim à l’approche de la cinquantaine?

____

Le rythme du roman et l’enchainement des événements rendent la lecture de ce roman complètement haletante. Les personnages sont délicieux et nous baladent entre rires et larmes au fil de leurs pérégrinations saugrenues. Tom est un peu mou, fataliste, lunaire, tandis qu’Alice n’hésite pas à envoyer bouler la bienpensance et à rentrer dans le lard des convenances sociales.

Je n’ai pas retrouvé dans ce roman la morsure de « La vie sauvage ». Pourtant il y avait matière quand on s’attaque au monde de l’édition, aux émissions léchage de cul comme « La grande librairie » et aux instagrameurs inondés de service de presse qui prônent la pensée unique.

La satire sociale apparait (trop) en filigrane et cette position de l’auteur pourrait faire penser à de la retenue pour rester consensuel.

Le roman n’en demeure pas moins excellent: Thomas Gunzig sait inventer et raconter des histoires qui se dévorent à un rythme effréné, et je recommande à 110% cette lecture qui fait passer des heures délicieuses et que l’on quitte avec regret.

Qu'en dites vous ?

%d blogueurs aiment cette page :