«La vérité sort de la bouche du cheval», Meryem Alaoui, 2018, Gallimard

Amis de la poésie, les beaux mots et des personnages romantiques, passez votre chemin… cette histoire n’est pas pour vous. Les autres, suivez-moi, on va faire un tour à Casablanca ! Moi c’est Emmanuelle, ancienne petite bourgeoise parisienne, actuelle petite bourgeoise dinannaise, et ça n’a pas été facile de rester aux côtés de Jmiaa qui tapine sur les trottoirs de Casablanca. Lire la suite...

«Ciel d’acier», Michel Moutot, 2015, Arléa Éditions, Points

C’est un voyage entre Québec et New-York, entre les rives du Saint-Laurent et celles de l’Hudson, où l’on construit des gratte-ciels et des ponts métalliques, où l’on fouille les décombres du World Trade Center en étouffant, où l’on déambule dans la réserve des indiens Mowhaks entre 1880 et aujourd’hui… ces indiens qui ont bâti l’Amérique, ces Indiens que je ne Lire la suite...

«Imago», Cyril Dion, 2017, Actes Sud

C’est complètement à l’aveugle que j’ai choisi ce premier roman de Cyril Dion dont je connaissais vaguement l’engagement pour la planète à travers le documentaire «Demain». J’ai très vite compris que je sortais de ma zone de confort quand je me suis retrouvée en plein conflit dans la bande de Gaza, et c’est avec un «oh non» que j’ai continué Lire la suite...

«Le Club des Incorrigibles optimistes», Jean-Michel Guenassia, 2009, Albin Michel

Ce premier roman de Jean-Michel Guenassia est sacrément ambitieux : 750 pages mêlant la guerre d’Algérie, la fuite d’idéologistes passant le rideau de fer, des histoires d’amour, la difficulté d’être un adolescent dans les années 60… On pourrait s’y perdre tant il y a d’histoires et de personnages. Pourtant, dans ce roman initiatique et historique, tout s’emboite, tout se savoure et Lire la suite...

«Petit pays», Gaël Faye, 2016, Grasset

Voilà, j’ajoute ma pierre à l’édifice, parce que ce roman doit absolument passer dans toutes les mains de tout lecteur qui se respecte. Gaël Faye parvient, dans ce roman, à raconter l’horreur dans un prose poétique et haletante, à travers les yeux du petit Gaby. On aime son petit pays, le Burundi de son enfance. On pleure son petit pays, Lire la suite...

«La vraie vie», Adeline Dieudonné, 2018, L’Iconoclaste

Voilà un premier roman qui sait faire parler de lui, et à juste titre ! Une écriture sans détour, incroyablement évocatrice, d’une richesse et d’une originalité lexicale incomparable et pourtant si accessible. Des personnages sauvages, attachants ou détestables et étonnamment vivants. Le contexte, intolérablement banal – violence du père, soumission de la mère, désespoir des enfants – est mis en scène Lire la suite...

«Diên Biên Phù», Marc Alexandre Oho Bambe, 2018, Sabine Wespieser

Si j’étais un premier roman, je voudrais être celui de Marc Alexandre Oho Bambe parce qu’il réunit tout ce que l’on peut donner à un premier roman : écriture magnifique, invitation au voyage, amour fou, amitié unique, poésie, message, style moderne. Si j’étais Ministre de l’Éducation Nationale, je ferais un décret pour que ce roman soit étudié au lycée (oui, oui, Lire la suite...

«La première gorgée de bière et autres…», Philippe Delerm, 1997, Gallimard

Quand le cerveau rumine j’ai quelques Prozac littéraires. Les plaisirs minuscules de Delerm en font partie : quelle idée de génie de partager ses « petits riens qui font du bien » et nous permettre d’évoquer nos petits bonheurs, souvent liés à l’enfance. Je partage avec lui ce même plaisir de la dynamo qui fait du bruit en frottant sur la roue de Lire la suite...

«Une forme de vie», Amélie Nothomb, 2010, Albin Michel

Je continue ma découverte de l’œuvre d’Amélie Nothomb et ce roman c’est encore une fois un chocolat livresque : on s’apprête à le dévorer sans avoir la moindre idée de ce qu’on y trouvera. On fait la grimace ou on se régale ? Pour ma part, j’adore ce côté roman/nouvelle qui fait passer quelques heures délicieuses, à lire une écriture littéraire, brillante Lire la suite...

«Assassins», Philippe Djian, 1994, Gallimard

Patrick Sheahan, 45 ans, oscille entre dépression et ennui mortel, entre sa maison démodée, Marc, son ami et patron très exclusif, ses voisins dont la femme est sa maitresse, et l’usine dans laquelle il travaille, qui pollue toute l’eau de la région mais emploie la moitié de la ville. Son chemin croise celui de Eileen MacKeogh, personnage féminin très attirant, Lire la suite...

Site Footer