« Avant que j’oublie », Anne Pauly, 2019, Éditions Verdier, Livre Inter

Jean-Pierre Pauly, le père de l’autrice, est loin d’avoir été un papa et un mari exemplaire : alcoolique, colérique, violent avec sa femme. Pourtant ce n’est pas ce papa là dont Anne veut se souvenir. Et avant qu’elle n’oublie celui qu’il a été, elle le raconte tel qu’ELLE le voyait. Elle le raconte aussi aux autres, par ce court roman, car seule une personne, Juliette, a pu voir cet homme avec les mêmes yeux qu’elle.

On peut ne pas être sensible à ce genre d’histoire, très (trop) personnelle. Mais c’est raconté avec tellement d’amour et de pudeur, tantôt drôle, tantôt émouvant, qu’on ne peut pas ne pas être sensible à cette ode à l’amour paternel.

C’est aussi un roman qui fait sensiblement avancer la réflexion personnelle sur le deuil, notamment quand l’être perdu n’est pas si « cher » qu’on le voudrait, qu’il a suscité beaucoup de controverses et de tensions de son vivant. Une réflexion qui permet de se réconcilier avec lui et forcément avec soi-même.

J’ai lu ce roman lors de sa sélection au Goncourt. Le voilà sélectionné pour le Prix du livre Inter où il a toute sa place et toutes ses chances. C’est un très beau roman qui a fait l’unanimité au club de lecture de la bibliothèque municipale de la ville de Dinan et que je vous conseille de lire.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur google
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email

Qu'en dites vous ?

%d blogueurs aiment cette page :