« Article 353 du code pénal », Tanguy Viel, 2017, Éditions de minuit

Pourquoi Martial Kermeur, quinquagénaire sans histoire, a-t-il poussé Lazenec par-dessus bord lors d’une partie de pêche dans la rade de Brest?

C’est devant le juge d’instruction que Kermeur déroulera l’histoire de ces 6 dernières années qui le mènera à assassiner le promoteur immobilier Lazenec.

Comme tout Breton qui se respecte, Kermeur aime sa terre, sa presqu’il sauvage, son patrimoine. Mais Lazenec a d’autres projets pour ce coin pittoresque du Finistère: expansion, tourisme, développement, investissement.

Il est fort Lazenec, si fort qu’il réussira à convaincre des dizaines de familles à investir dans son projet démesuré, à coup de sourires mielleux et de tapes dans le dos. Kermeur y investira toute sa prime de licenciement qu’il réservait pour acheter un petit bateau.

Pourtant, lui, le socialiste de la première heure, n’est pas intéressé par l’argent, sa presqu’île lui plait telle qu’elle est, et avec sa femme et son fils Erwan ils y vivent bien.

Alors pourquoi le drame?

____________

Tanguy Viel déroule l’histoire de Kermeur dans un langage oralisé, fait de longues phrases, ponctuées de faits, de méditations, de questionnements, de révolte contre les puissants.

Le ton est profondément triste, mais merveilleusement beau et humain.

On ressent le besoin de serrer Kermeur, de le réconforter, de lui dire que tout s’arrangera, qu’il retrouvera vite son Erwan. De meurtrier il passe à victime avec une évidence déconcertante.

Certains passages, sur la paternité notamment, sont très touchants.

J’ai adoré ce roman, et si vous ne l’avez pas encore lu, accordez-vous 2 heures, dévorez-le et venez me dire que j’avais raison!

Qu'en dites vous ?

%d blogueurs aiment cette page :